Climat & Finance : Lettre d’information du Lab’ Innovation

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Alors que nous rentrons de congés après un été pas toujours très ensoleillé ni très chaud, du moins pour ceux qui ont passé leurs vacances en France, nous nous retrouvons le nez dans le premier volume de l’Assessment Report 6 du GIEC.

 

Et le retour à la réalité est bien brutal. Les nouvelles études, les nouveaux modèles et les nouvelles observations ne font que confirmer, en pire, ce qui était déjà tracé dans les précédents rapports:

 

– Oui, le réchauffement est causé par les activités humaines émettrices de gaz à effet de serre.

– Oui, le réchauffement est plus rapide que tout ce qui a été observé durant les 2000 dernières années.

– Oui, ce réchauffement est la cause de l’augmentation des aléas climatiques extrêmes (cyclones, inondation, sécheresses…) observée ces dernières années, augmentation encore plus forte que précédemment estimée.

 

Voir la lettre d’information complète

 

Pas de bonne nouvelle non plus du côté des projections climatiques dont les niveaux de précisions se sont affinés tout en montrant des niveaux de température plus élevés dans tous les scénarios évoqués.

Il faudra donc réduire plus tôt et plus vite nos émissions. Et alors que le GIEC produit des probabilités d’atteindre telle ou telle augmentation de température suivant tel ou tel scénario de réduction de GES1, nous n’avons malheureusement aucune idée des probabilités de tenir ces dits scénarios.

 

Et c’est bien là que nous avons notre carte à jouer pour faire bouger les lignes: chiffrer dès aujourd’hui le coût du changement climatique suivant les scénarios et être capable d’intégrer ces coûts dans les politiques d’investissements des acteurs financiers doit nous permettre de choisir de façon scientifique et argumentée la voie de la transition énergétique.

 

Vous trouverez donc dans ce numéro des éléments permettant de comprendre les impacts de certains types d’aléas climatiques sur les activités économiques et de déterminer comment intégrer ces impacts dans des indicateurs financiers.

 

Nous présenterons aussi plus en détail nos projets de recherche et nos idées pour faire avancer la recherche et diffuser au maximum les connaissances sur le climat et la finance.

 

Voir la lettre d’information complète