Finense permet aux plus vulnérables de gérer leur patrimoine en toute confiance

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

L’allongement de l’espérance de vie va de pair avec les questions liées à l’accompagnement : comment vieillir dans un environnement où la confiance et l’humain doivent garder une place primordiale ? Le contexte du COVID-19 a posé une nouvelle fois le débat sur l’encadrement et l’accompagnement des personnes vulnérables. Bernard Sheikboudhou, président de Finense, nous explique comment il est possible de protéger les plus âgés en les accompagnant dans la gestion de leurs patrimoines. 

 

 

Pouvez-vous présenter Finense en quelques mots ?

 

Lorsque l’on est vulnérable, que l’on soit âgé ou non, être accompagné au quotidien par un proche de confiance est essentiel  sur beaucoup d’aspects de la vie, notamment sur le plan financier. Aider les personnes fragiles à gérer leur argent est primordial afin de préserver leur dignité et augmenter leur autonomie.

 

Pour cela, Finense  permet aux personnes vulnérables d’être accompagnées dans la gestion du patrimoine et des finances personnelles par leurs aidants, familiaux ou professionnels.

 

 

Le contexte actuel a dû avoir un impact sur votre activité et sur les services que vous proposez. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

 

La crise sanitaire de ce printemps a fait découvrir à toute la société les impacts de l’isolement et de la distanciation sociale.  Pour beaucoup de Français, il s’agissait surtout de prendre son mal en patience en attendant le 11 Mai et le déconfinement.

 

Mais pour une grande majorité de nos aînés, cela n’avait rien de passager.  Beaucoup d’entre eux souffrent déjà d’un véritable isolement au quotidien bien avant cette crise : éloignement des proches, peu de contacts avec le voisinage du fait de modes de vie individualistes, éclatement du noyau familial…

 

Quant aux personnes âgées en perte d’autonomie, mais restant à domicile, elles dépendent souvent de la venue régulière d’aidants familiaux, la plupart du temps, un de leurs propres enfants. Or, la pandémie est venue mettre à mal des habitudes bien ancrées. D’ailleurs, beaucoup de personnes très âgées ont eu du mal à supporter le principe d’isolement lié à la pandémie.

 

Comme si cela ne suffisait pas, les escroqueries et les arnaques visant les personnes âgées se sont multipliées pendant le confinement, car la solitude des seniors finit par en faire des victimes « trop faciles » pour nombre d’arnaqueurs professionnels.  Les abus de faiblesse commis envers les seniors font régulièrement la une des médias mais, depuis le début de la crise de la covid-19, les arnaques et les vols se multiplient, comme les cambriolages de 3  Ehpad  dans le Sud pendant le confinement, (vols de bijoux, de numéraires et de cartes bancaires avec… le code confidentiel scotché dessus).

 

Finense est particulièrement sensible à ces problématiques qui sont des composantes intrinsèques de la genèse de notre fintech. En effet, nous sommes convaincus que l’isolement augmente le risque que de plus en plus de personnes âgées soient victimes d’escroqueries ou de maltraitance financière, qui est presque toujours, une conséquence de la solitude. Notre mission consiste à permettre aux gens de mieux gérer leur argent, avec l’aide de leurs proches de confiance.  Ce n’est pas un hasard si dès le tout début du confinement, le cluster Silver Valley nous a référencé comme solution innovante permettant d’améliorer le quotidien de personnes autonomes ou dépendantes isolées.

 

Nous avons donc profité du contexte actuel pour échanger avec des aidants familiaux, des associations, des mandataires judiciaires à la protection des majeurs et des élus locaux. Nous avons pris en compte leur remarques, besoins pour développer de nouvelles fonctionnalités pour notre produit.

 

 

La question de l’autonomie semble prendre de plus en plus d’importance dans notre société, notamment avec l’augmentation de l’espérance de vie. Est-ce que nous allons dans un monde où la digitalisation ne pourra pas se passer de l’humain ?

 

Cette question prend de l’importance effectivement car l’accroissement de la longévité pose des défis à pratiquement tous les pays, sur les plans des politiques publiques, de l’urbanisme et de l’hébergement, de la mobilité ou de la santé. Sur le plan de la santé, la crise sanitaire nous montre l’immensité du problème, puisque les plus de 70 ans représentent plus de 86% des décès liés à la Covid-19, alors que notre pays passe pour l’un de ceux qui consacrent le plus d’argent au système de santé.

 

En Europe, plus de 20% de la population a plus de 65 ans. Cette classe d’âge est celle qui augmente le plus , à l’inverse des plus jeunes : en France, depuis 2015,  les moins de 20 ans sont moins nombreux que les personnes âgées. Cela donne une idée de la déformation de la pyramide des âges.  D’ailleurs, des voix s’élèvent pour demander de vraies politiques de transition démographique, au même titre que la transition écologique ou énergétique.

 

Ainsi, nous vivons dans une société dont la plus grande partie de la population est âgée et n’a pas grandi avec les technologies alors même que l’essor considérable et continu du numérique façonne notre vie et définit nos modes d’interactions, le plus souvent à distance.

 

Face à cela, on entend quelquefois parler dans les discours sur le digital, d’allier le “meilleur de l’Humain et du digital”, de “remettre l’Humain au centre” ou pire “ d’injecter de l’Humain”. Ces antiennes montrent bien qu’il y a une prise de conscience du fait que, la transformation digitale qui doit déboucher à une autonomie la plus aboutie possible de l’individu ( Selfcare, Do it Yourself, etc.) peut amener à laisser de côté un pan entier de la population. Alors même que pour cette partie de la population, les seniors ou les personnes vulnérables,  l’autonomie passe surtout par l’accompagnement de leurs proches et non pas par le téléphone mobile.

 

C’est pour cela que, chez Finense nous défendons l’idée que la technologie doit permettre d’établir des liens de confiance,  de protéger, et de renforcer l’autonomie individuelle des plus vulnérables, surtout en matière de gestion des finances personnelles. La relation entre individus est au coeur  de notre solution. Cette relation, bien réelle et incarnée, unit une personne vulnérable et ses aidants. La mission de Finense est de contribuer à maintenir cette relation de confiance, à favoriser la solidarité,  en renforçant l’autonomie de la personne aidée tout en rassurant ceux qui l’accompagnent. Plus que jamais, cela devient une priorité en ces temps compliqués.