Reconfinement : la 2ème vague s’annonce moins violente sur le front des retards de paiement, selon le tracker Sidetrade-BFM Business

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Sidetrade, en partenariat avec BFM Business, publie depuis le 22 avril 2020 le tracker sur les retards de paiement des entreprises. Si le taux d’impayés en France reste élevé (21%), avec une situation contrastée selon les secteurs d’activité, le pays ne semble pas se diriger vers une nouvelle explosion des retards de paiement. En Europe, à l’exception de la Belgique, les taux d’impayés sont revenus à leur moyenne pré-pandémie.

En libre accès pour l’ensemble des décideurs du privé et des pouvoirs publics, le tracker Sidetrade – BFM Business suit chaque semaine l’évolution des comportements de paiement de plus de 6,2 millions d’entreprises débitrices au sein de six pays européens (France, Royaume-Uni, Espagne, Italie, Belgique, Pays-Bas).

 

Le confinement étant à nouveau effectif en France depuis le 30 octobre 2020, les chiffres du tracker au 9 novembre 2020 étaient attendus pour estimer les éventuels premiers impacts.

 

Alors que le premier confinement avait donné lieu à une hausse brutale et quasi-immédiate des retards de paiement, le tracker Sidetrade-BFM Business au 9 novembre 2020 reste stable sur la France à 21% de factures en retard de paiement à plus de 10 jours. Ce deuxième confinement se distingue donc du premier.

 

Si l’on prend en compte la valeur normative du crédit inter-entreprises en France, estimé par la Banque de France à 722 Mrd€, l’impact de la crise sur la trésorerie des entreprises françaises (depuis le 17 mars 2020, date du premier confinement national) serait désormais estimé à 14 Md€*.

L’ensemble des pays européens enregistre un retour à la normale sur le front des retards de paiement, certains étant même légèrement en dessous de leur niveau pré-pandémie à l’exception de la France (+9%) et de la Belgique (+10%) qui restent sensiblement au-dessus de leur situation Pré-Covid.

Une première tendance à considérer avec prudence

Les chiffres du tracker Sidetrade-BFM Business de la semaine du 9 novembre 2020 sont plutôt encourageants. Même s’il est bien trop tôt pour évaluer l’impact de ce deuxième confinement, plusieurs raisons combinées peuvent expliquer cette bonne semaine :

  • Un effet mécanique
    L’activité économique a fortement repris en France avec un PIB en croissance à +18% au 3ème trimestre 2020, avec un mois de septembre très significatif en matière de facturation. Or la plupart des factures émises en septembre 2020 ne sont pas encore arrivées à échéance. Par conséquent, la part des factures en retard de plus de 10 jours sur le total des factures émises tend mécaniquement à diminuer.

  • Une meilleure résilience
    Contrairement à l’effet de surprise – voire à la panique – du premier confinement, les entreprises ont maintenu cette fois-ci une organisation de leurs activités financières avec des services comptables à même d’honorer correctement les paiements fournisseurs.

  • Un protocole national souple
    Les mesures de ce deuxième confinement sont plus souples, à l’exception des entreprises effectivement fermées. Dans le secteur privé, le ministère du travail estime que 45% des salariés étaient en télétravail la semaine du 2 novembre.

  • Un fort soutien de l’Etat
    L’économie est globalement sous perfusion de fonds publics avec des prêts garantis par l’Etat et de multiples aides qui favorisent une bonne tenue des délais de paiement.

  • Une clôture comptable en cours
    Pour les entreprises clôturant leurs comptes à fin décembre, les directions financières sont soucieuses de présenter un bilan comptable sain, notamment sur la ligne des provisions pour créances clients, et redoublent d’efforts pour accélérer les règlements clients.

Néanmoins, il convient de rester prudent. La possibilité d’une inversion de tendance du tracker Sidetrade- BFM Business dans les prochains mois est réelle, et l’éventualité d’une nouvelle tension sur les délais de paiements doit être anticipée.

 

Rappelons en effet que le tracker Sidetrade-BFM Business a enregistré un plus-haut deux mois après le premier confinement. Si l’on transpose cette latence au confinement actuel, le prochain pic des délais de paiement pourrait s’afficher au 30 décembre 2020. Pour autant, on ne devrait pas constater une deuxième vague d’impayés aussi violente que la première car les effets positifs enregistrés sur cette première semaine post-confinement devraient perdurer.

 

L’évolution du tracker Sidetrade-BFM Business sera donc à surveiller attentivement ces prochaines semaines.

Une image précise des comportements de paiement des entreprises en France, secteur par secteur

A l’évidence, les comportements de paiement constituent un indice congruent sur l’activité économique. Le tracker Sidetrade-BFM Business s’attache alors à identifier la représentativité des entreprises clientes qui paient avec plus de 10 jours de retard.

 

Au 9 novembre 2020, l’analyse reflète les effets de la crise économique sur les secteurs d’activité auxquels ils sont rattachés, avec cependant quelques singularités.

Les entreprises du commerce de détail sont sans surprise celles qui ont le plus de difficultés à payer leur fournisseurs (+52%) suivi des entreprises de l’agroalimentaire (+30) et des services financiers/ Immobilier (+29%).

  • Commerce de détail
    Très impacté depuis le début de la crise par les mesures sanitaires jusqu’à la fermeture de nombreuses activités, ce secteur recense, de façon logique, des entreprises qui présentent d’importantes difficultés de paiement.

  • Agroalimentaire
    Une situation paradoxale pour un secteur présenté comme « gagnant » de la crise qui ne devrait pas s’afficher dans le Top3 des entreprises qui paient en retard.

  • Services financiers/ Immobilier

    En prise directe avec la crise financière actuelle, les entreprises qui paient en retard sont probablement affectées par un certain retard dans la digitalisation des processus métiers notamment dans l’immobilier, avec pour corollaire un potentiel impact sur leur efficience à régler les fournisseurs.

Les entreprises les plus exemplaires en matière de comportements de paiement se retrouvent dans les secteurs de l’information, communication & technologies (-42%), construction (-16%), loisir, voyage, tourisme (-11%) :

  • Information, communication & technologies

Les entreprises de ce secteur étaient déjà organisées pour traverser le choc de la première vague, à cela s’ajoute qu’elles ont été portées par la demande de transformation numérique.

  • Construction

Cette position dans le Top3 des entreprises qui paient le mieux en France rejoint les observations de la banque de France qui fait état d’une relative stabilité de l’activité de cette industrie.

  • Loisir, voyage, tourisme

La crise historique subie par le secteur a entrainé une baisse drastique de leurs achats et par voie de conséquence, engendre moins de mauvais comportements de paiement.

A propos du tracker Sidetrade – BFM Business sur les retards de paiement des entreprises

Le tracker Sidetrade–BFM Business restitue, semaine après semaine, l’évolution des comportements de paiement de plus de 6,2 millions d’entreprises au sein de six pays européens (France, Royaume-Uni, Espagne, Italie, Belgique, Pays-Bas). L’équipe de data science de Sidetrade analyse lors de chaque publication hebdomadaire les douze derniers mois glissants, soit plus de 78 millions de factures totalisant 124 milliards d’euros de transactions inter-entreprises.

Le tracker est en libre accès pour l’ensemble des décideurs du privé et des pouvoirs publics. Les résultats sont à suivre chaque jeudi sur https://invoice-tracker.sidetrade.com, ainsi que sur la chaîne BFM Business : bfmbusiness.bfmtv.com.

 

Chiffres clés des retards de paiement en France en 2020 :

– Niveau pré-pandémique : 19%
– Depuis le 17/03/2020 (1er confinement national) :

Plus-haut (le 18 mai 2020) : 38,08% Plus-bas (le 6 juillet 2020) : 21,01%

* Le calcul utilise la part des impayés observés en France avant le confinement – période du 1er janvier au 11 mars 2020 (19%) et celui constaté au 9 novembre 2020 (21%). Il se base sur les 722 Mds€ de crédit inter-entreprises en France (évalué dans le rapport annuel de l’Observatoire des délais de paiement, publication Banque de France, 2018), et porte sur la différence du montant des impayés entre les deux périodes.

Relations médias

Alexandre André | +33 7 62 71 63 89 | aandre@sidetrade.com

À propos de Sidetrade (www.sidetrade.com)

Sidetrade (Euronext Growth : ALBFR.PA) accélère le revenu et le cash-flow des entreprises. Aimie, son Intelligence Artificielle sait reconnaître et anticiper les comportements des clients pour prescrire, en temps réel, les meilleures stratégies aux équipes commerciales et financières. Les entreprises renforcent ainsi trois piliers du parcours client : le développement commercial, la fidélisation et la vitesse d’encaissement.

 

Sidetrade rayonne mondialement grâce au talent de près de 250 collaborateurs basés à Paris, Londres, Birmingham, Dublin, et Amsterdam. Utilisée dans 80 pays, la technologie de Sidetrade permet à plus de 2700 entreprises de toutes tailles et de tous secteurs d’être plus compétitives.


Pour plus d’information, visitez www.sidetrade.com et suivez-nous sur Twitter @Sidetrade.