Retrouvez l’interview de Maximilien Nayaradou sur B Smart

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Le jour de l'édition Online de Fin&Tech Community, Maximilien Nayaradou, Directeur Général du Pôle FINANCE INNOVATION, était l'invité de B Smart dans l'émission Smart Tech. Retrouvez ici l'interview complète.

Delphine Sabattier : Aujourd’hui tous ceux qui comptent dans la fintech sont appelés à se connecter à une série de webinars pour redessiner les contours d’une finance portée par le numérique. Cet événement est organisé par Finance Innovation, réseau fédérant un écosystème très large, des pouvoirs publics aux entreprises et entièrement dédié à l’accompagnement des projets innovants pour la compétitivité des entreprises françaises et pour la création d’emplois. Nous avons avec nous le tout nouveau Directeur Général du pôle, nommé ce matin, il nous dressera les grandes lignes des stratégies d’innovation dans la finance.

 

DS : Tout d’abord dites-nous comment se porte nos Fintechs françaises par rapport à ce qui existe en Europe et dans le monde ?

 

Maximilien Nayaradou : Finance Innovation est le cluster de la finance digitale et de la fintech, la numérisation et la digitalisation de la finance. Malgré la crise du Covid le secteur se porte bien dans l’ensemble, même si évidemment comme dans tous les secteurs il y a eu des complications, mais tout ce qui est paiement digital, KYC en ligne, signatures en ligne se sont énormément développés, nous avons donc un potentiel de développement très fort malgré la situation actuelle.

 

DS : Et la France se porte plutôt bien par rapport aux autres pays ?

 

MN : Oui ! Hors Royaume-Uni, la France est le pays leader de la fintech en Europe.

 

DS : Auriez-vous un exemple de produit financier innovant ?

 

MN : Vu que nous sommes dans la discussion sur les Smart Cities, je pense qu’on peut mentionner le Big Data, domaine dans lequel il y a énormément d’innovations, ce sont des plateformes qui se structurent autour des ESN (comme Sopra, IBM etc.), autour de ces plateformes s’agrègent les banques et assurances, les fintechs, les académiques et toutes les nouvelles données qui sont mises en ligne par exemple dans le cadre de la Smart City et la greenification des portefeuilles en Gestion d’Actifs, on utilise de plus en plus de nouvelles données, de photos satellites, des données météorologiques, qui sont donc des données non financières pour faire en sorte que les Asset Managers puissent placer leur argent dans des projets beaucoup plus écologiques, sociaux et environnementaux.

 

DS : Au cours du Fintech Community vous allez adresser la question des néo-banques, pensez vous qu’elles sont capables de réellement changer la donne et bousculer les banques ? 

 

MN : Je dirai aujourd’hui que les néo-banques leaders n’ont pas encore vraiment pris la vague Fintech, ce sont plutôt des banques digitalisées dont les services ne sont pas hyper innovants. En revanche les nouvelles néo-banques qui arrivent comme les néo-banques pour entrepreneurs, vont avoir un réel statut de banque, et c’est là qu’on va voir les choses bouger. Et surtout, on va avoir tout un écosystème de services innovants : agrégation de comptes, placements dans l’immobilier, robo advisor… qui vont se pluguer au néo-banques et donc nous notre but est de mettre en relation les banques, néo-banques et fintechs dans le but justement de faire interagir tous ces acteurs et créer de l’innovation. C’est dans cette optique que nous organisons le Néoday, qui aura lieu en Octobre.

 

DS : Et quelle sera votre feuille de route, puisque vous venez d’être nommé DG, quelle est votre priorité ?

 

MN : Nous avons 3 priorités :

  • La consolidation de nos nombreuses Fintech labélisées, les passer à l’échelle et les accélérer. En France nous avons de nombreuses petites boites, par rapport à nos voisins chez qui les Fintech sont beaucoup moins nombreuses mais dont les levées de fonds sont beaucoup plus importantes.
  • L’Europe, pour laquelle la Finance digitale est un axe prioritaire, les subventions sont de plus en plus nombreuses et importantes, le pôle s’est donc positionné sur de nombreux projets Européens dont H2020, des projets dans le Big Data et l’EIT.
  • Et enfin 3ème axe : tout ce qui est résilience et finance au service de l’économie et des territoires. Nous avons aussi repéré toutes les Fintechs qui aidaient les entreprises à se refinancer après le Covid, il faudra donc mettre en avant toutes ces Fintechs au service de l’économie dans son ensemble.